femme au volant

Journée internationale de la femme: une égalité qui pénalise

La Journée internationale de la femme, ce dimanche 8 mars, est l’occasion idéale de se pencher sur la question de l’égalité hommes/femmes en matière d’assurances. Une égalité rendue obligatoire par le Pacte européen pour l’égalité des hommes et des femmes adopté en 2006, et validé depuis par la législation française. 

Critère discriminatoire

Concernant l’assurance automobile, La Cour de justice des communautés européennes ajugé l’utilisation du sexe dans la tarification comme discriminatoire dans un arrêt du 1er mars 2011 et en a interdit l’utilisation à compter du 21 décembre 2012. Depuis cette date, les femmes ont perdu le bénéfice de leur meilleur comportement au volant. Ainsi, au cours de la dernière décennie, les tarifs des primes d’assurance auto ont augmenté en moyenne de 25 % pour les femmes, contre 13 % pour les hommes.

Assurances de prêt plus chères

Cette mise en place de l’égalité a eu également un impact sur les assurances de prêt. Depuis le 21 décembre 2012, les femmes ont perdu l’avantage qui leur permettait de payer des primes moindres du fait de leur profil à moindres risques (moins d’accidents de la route, moins de tabagisme, moins de cancers…). Le changement a même eu l’effet inverse, puisque désormais, les femmes payent des primes plus élevées que les hommes, tout en ayant la possibilité d’emprunter des sommes moins importantes. La raison en est des revenus qui, en dépit de la loi sur l’égalité, restent plus faibles pour les femmes, à compétences égales.

Visiblement, la véritable égalité, ce n’est pas encore d’actualité.



Rédigé par Jean-Luc Chanteau